Auteur et réalisateur

AUTEUR

Bertil Scali a écrit son premier ouvrage sous la forme d’une autobiographie signée Hervé Mille et parue en 1992 : 50 ans de presse parisienne, ou la nuit du Strand. Le célèbre journaliste, directeur de Paris-Soir puis fondateur et directeur de Match, Marie-Claire, Paris-Match et Télé 7 jours, racontait la naissance de la presse moderne française. En 2008, il a publié un premier roman, Un jour comme un autre. En 2013, il a recueilli et mis en forme les mémoires d’Edgar Feuchtwanger, Hitler, mon voisin. En 2015, il a reconstitué l’accident de Diana sous la forme d’un récit signé par Daniel Bourdon, policier présent à l’hôpital de la Salpêtrière aux côtés de la princesse : Diana, cette nuit-là. Il écrit actuellement l’histoire de la « Villa Windsor », mystérieux hôtel particulier de Neuilly, où vécurent le Général de Gaulle puis le duc et la duchesse de Windsor, Edouard VIII et Wallis Simpson, et qui fut aussi la dernière demeure que visitèrent Diana et Dodi quelques heures avant de mourir.

Villa Windsor, La demeure secrète de lady Diana, Dodi Al-Fayed, Wallis Simpson, Édouard VIII et Charles de Gaulle. Sortie le 29 septembre 2016.

VillaWindsorcouvertureDEV.inddSi Lady Diana et Dodi Al-Fayed n’étaient pas morts, cette nuit du 30 août 1997, ils auraient vécu villa Windsor, près de Paris. Quelques heures avant le tragique accident, la princesse et son amant visitent secrètement cet hôtel particulier de Neuilly, là où fleurissent les jardins de Bagatelle. La demeure a déjà accueilli un autre couple de proscrits illustres : le roi d’Angleterre Édouard VIII et Wallis Simpson, une Américaine deux fois divorcée pour qui, le 11 décembre 1936, le souverain décida d’abdiquer afin de devenir simplement le duc de Windsor…

Les vies qui se sont succédé ici dessinent une histoire singulière de l’Europe où se croisent Renée Van Cleef, l’héritière de la célèbre maison, Adolf Hitler pour qui le duc de Windsor eut une sympathie qu’il paiera cher, Winston Churchill, Coco Chanel, lord Mountbatten, le prince Charles et, bien sûr, la reine Élisabeth. Sans oublier Charles de Gaulle qui occupa la Villa à la Libération et s’amusa même à y entreposer la voiture du Führer…

Quatre-vingts ans après l’abdication d’Édouard VIII, vingt ans après la mort de Lady Di, les derniers témoins, des voisins, des amis de toujours, des employés fidèles des Windsor, ont confié à Bertil Scali leurs souvenirs de cette époque révolue.

Éditions Michel Lafon

Hitler, mon voisin. Avec Edgar Feuchtwanger

imgres-2Âgé de 5 ans, Edgar Feuchtwanger, fils unique d’un éditeur juif, a une enfance heureuse dans la ville de Munich. C’est un petit Allemand insouciant, choyé par ses parents et sa nounou, lorsque Adolf Hitler, chef du Parti national socialiste, s’installe dans l’immeuble d’en face. En 1933 se brise le bonheur de cette vie sans nuage. Hitler est nommé chancelier. Les parents d’Edgar, déchus de leurs droits de citoyens ordinaires, tentent de le protéger des humiliations. À l’école, sa maîtresse lui fait dessiner des croix gammées, ses camarades rejoignent les jeunesses hitlériennes. Depuis sa fenêtre, en regardant de l’autre côté de la rue, Edgar va assister à la préparation de la Nuit des longs couteaux, de l’Anschluss et de la Nuit de Cristal. Les Juifs sont arrêtés, son père est enfermé à Dachau où il connaîtra la peur, le froid et la faim. En 1939, Edgar est envoyé seul en Grande-Bretagne. Il y fera sa vie, sa carrière, fondera une famille et s’efforcera d’oublier le cauchemar de son passé. Un passé qui a soudain rejailli lorsqu’il a voulu, à 88 ans, raconter cette enfance enfouie. Éditions Michel Lafon 2013.

Traduit dans onze langues.

Article paru dans le New York Times
PDF des articles parus en France
Article paru dans l’Express
Article paru dans Le Figaro
Article paru dans Le Parisien
Article parue dans La Croix
Edgar Feuchtwanger sur France Inter
Edgar Feuchtwanger au JT de France 2

Diana, cette nuit-là. Avec Daniel Bourdon

41uPr30z6yL._SX307_BO1,204,203,200_31 août 1997. Le monde entier retient son souffle en observant sur CNN les grues qui manœuvrent la carcasse de la Mercedes encastrée, tandis que Diana, encore vivante, est transportée à l’hôpital de la Salpêtrière. Officiellement, elle n’est que légèrement blessée. Alors que plus d’un milliard de téléspectateurs attendent devant leur poste de télévision, une véritable tragédie se joue dans l’enceinte de la salle d’opération. Quelques personnes seulement sont présentes : les médecins, un ministre, un préfet et un policier, Daniel Bourdon. Aucun d’entre eux n’a jamais parlé. Et rien n’a jamais filtré de ce huis-clos tragique, l’un des plus grands secrets du siècle. Diana aurait-elle pu être sauvée ? Était-elle consciente ? A-t-elle pu parler, et si oui, qu’a-t-elle dit ? Depuis plus de quinze ans, toutes ces questions, toujours les mêmes, sont restées sans réponse… Libéré du devoir de réserve, le policier Daniel Bourdon a décidé de raconter cette nuit là… mais pas seulement. Il a voulu, comme il se l’était promis, reprendre l’enquête de zéro, à sa manière. Éditions Michel Lafon 2014.

Article paru dans Le Parisien
Le livre sur LCI

Le livre sur BFM TV

 

Un jour comme un autre

41XyPYT4iFL._SX348_BO1,204,203,200_C’est l’histoire d’une faillite sur fond de crise, d’un amour qui meurt et du temps qui s’obstine à rester au beau fixe. Parfois, 15 jours suffisent à changer une vie. » J’avais les cheveux longs, une barbe de trois jours, une femme qui m’aimait, deux beaux enfants, un duplex à Barbès et une maison d’édition qui portait mon nom. Samedi dernier, ma femme m’a annoncé qu’elle me quitterait ce soir, jeudi 16 septembre, jour de mon dépôt de bilan. » Éditions Steinkis 2009.

 

 

 

Nous venons sur terre pour aimer des femmes, ramasser des champignons, partir loin et longer des routes. On y vient aussi, parfois, pour écrire son premier roman. C’est ce qu’a fait l’ex-éditeur Bertil Scali, qui signe ici l’un des plus beaux livres de l’année. Yann Moix. Le Figaro.

 

Ma première rentrée littéraire, par Bertil Scali. Article paru sur Slate.fr

50 ans de presse parisienne, ou La Nuit du Strand. Avec Hervé Mille.

51rFCforklL._SX338_BO1,204,203,200_À vingt ans, il réalise son premier « scoop » journalistique : la mort d’Isadora Duncan à Nice. C’est le début d’une carrière fulgurante qui amènera Hervé Mille à diriger les rédactions de Paris-Soir, de Paris-Match, de Marie-Claire et de Télé 7 joursPendant un demi-siècle, il compte parmi les personnalités du Tout-Paris. Ami intime de Kessel, de Chanel, de Colette, de Maurice Chevalier, de Paul Morand, de Jean Genet et même de Marlon Brando, il fut surtout le plus proche collaborateur de Jean Prouvost, industriel et propriétaire de journaux, qui imprima son élan et ses lettres de noblesse à la grande presse populaire. Hervé Mille raconté l’épopée journalistique, en multipliant les anecdotes, les portraits de personnages hors du commun. Sa pratique de la presse, son sens de la formule lui confèrent un talent d’exceptionnel conteur. Davantage qu’un recueil de souvenirs, ce livre est une contribution de premier ordre à l’histoire immédiate. Éd. La Table ronde 1992.

RÉALISATEUR

 

Hitler, mon voisin. Le documentaire.

Durant son enfance à Munich, entre 1929 et 1939, Edgar Feuchtwanger, un garçon juif, a habité en face du domicile d’Adolf Hitler. Neveu de Lion Feuchtwanger, écrivain renommé, auteur notamment du Juif Süss, un roman qui dénonce l’antisémitisme en Allemagne, Edgar a obtenu un visa pour la Grande-Bretagne en 1939, deux mois avant que n’éclate la Seconde Guerre mondiale. Devenu historien, Edgar Feuchtwanger revient à 87 ans sur les traces de son passé et évoque à travers son regard d’enfant – cahiers d’écolier à l’appui – la montée du nazisme et l’impuissance avec laquelle la bourgeoisie intellectuelle juive munichoise a assisté au resserrement de l’étau. (Réalisé avec François Bordes. Kuiv Productions, France, 2012, 65 min).
Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

A retrouver sur Netflix

Hitle, mon voisin - Netflix